Le cabinet Badji et Dissard Avocats

Domaines d'interventions

 

Le Cabinet BADJI & DISSARD Avocats accompagne, conseille et défend une clientèle variée principalement en droit social, droit des affaires et droit des personnes.

 

 

Juridiction

 

 

Le Cabinet BADJI et DISSARD Avocats est une société d’avocats inscrits au barreau de Clermont-Ferrand. Elle est constituée d’équipes de travail pluridisciplinaires pour répondre à diverses problématiques juridiques complexes.

 

 

avocates

domaines d'interventions

nouveaux dossiers traités par an

Le rôle du Cabinet Badji et Dissard Avocats

Conseiller

CONSEILLER

Nous vous apportons des conseils juridiques liés à vos problématiques professionnelles ou personnelles, sous la forme de consultations personnalisées.

Accompagner

ACCOMPAGNER

Nous accompagnons au quotidien les salariés et les chefs d’entreprise dans la vie de l’entreprise : procédures juridiques, gestion de contentieux ou formalités administratives…

Auditer

Auditer

Lors d’une création et / ou reprise d’entreprise, nous réalisons un audit social permettant d’évaluer la conformité des pratiques internes en terme de droit du travail, conventions collectives, accords d’entreprise…

Plaider

PLAIDER

Nous élaborons ensemble une stratégie efficace et vous accompagnons dans les procédures contentieuses devant le Conseil des Prud’hommes, le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale, le Tribunal d’Instance, le Tribunal de Grande Instance.

Nos domaines d'interventions en droit

Droit social

Les avocats du cabinet BADJI & DISSARD Avocats conseillent, assistent et défendent le salarié, l’entreprise en droit du travail sur des problématiques liées à un licenciement, aux contrats de travail, aux heures supplémentaires, et également en cas de conflit avec des institutions telles que la sécurité sociale (Accidents du travail, maladies professionnelles, refus de prise en charge, retraite, …)

  • Droit du travail
  • Droit de la sécurité sociale
  • Droit de l’incapacité

Droit des affaires

Nos avocats interviennent au quotidien dans la création de sociétés (choix de la forme juridique, rédaction des statuts …), dans l’accompagnement permanent des sociétés (assemblées générales…) :

  • Droit des sociétés
  • Droit commercial

Droit des personnes

Nous vous assistons pour toutes les affaires analogues au divorce, aux séparations, à l’adoption, à l’autorité parentale ou la pension alimentaire ainsi qu’aux successions. Nous assurons également une protection juridique aux personnes protégées (enfants, personnes atteintes de troubles mentaux, personnes handicapées) dans la défense de leurs droits, dans les actes de la vie courante ainsi que leur patrimoine.

  • Droit de la famille
  • Droit des personnes protégées

Droit pénal

Notre équipe d’avocats écoute, conseille et défend vos intérêts devant toutes les juridictions répressives ordinaires (Tribunal de Police, Tribunal Correctionnel, Cour d’appel et Cour d’assises) ainsi que devant le Juge des enfants (Tribunal pour enfant).

Qui sommes-nous ?

Une équipe pluridisciplinaire à même de répondre à vos questions en droit social (droit du travail, droit de la sécurité sociale, droit de l’incapacité), en droit des personnes (droit de la famille, droit des personnes protégées) et en droit pénal (infractions, actes criminels…)

Questions fréquentes

Avant de nous contacter, n’hésitez pas à consulter les questions qui nous sont posées fréquemment.

 

En cas de licenciement ou de rupture de mon contrat de travail quel montant d’indemnité vais-je percevoir ?

 

En cas de rupture conventionnelle, de licenciement pour faute simple ou cause réelle et sérieuse, de licenciement pour inaptitude physique non professionnelle, ou de licenciement économique par exemple, l’indemnité légale est calculée à partir de la moyenne de rémunération brute perçue par le salarié avant la rupture de son contrat de travail (ou retient la moyenne la plus favorable entre les douze ou les trois derniers mois).

Depuis le 23 septembre 2017, le salarié licencié doit justifier d’au moins 8 mois d’ancienneté ininterrompus au service du même employeur. Et justifier d’un contrat de travail à durée indéterminée.

L’indemnité ne peut pas être inférieure aux montants suivants :

  • 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté pour les 10 premières années ;
  • 1/3 de mois de salaire par année d’ancienneté à partir de la 11ème année.

Ce mode de calcul s’applique sous réserve que la convention collective, l’usage ou le contrat de travail ne prévoient pas une formule plus avantageuse.

Pour d’avantage de précisions et un calcul affiné, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

Un salarié déclare avoir été victime d’un accident du travail. Or, il n’y a aucun témoin et j’ai un doute sur la réalité de l’accident.

Vous devez déclarer l’accident du travail à la caisse maladie de sécurité sociale.

Toutefois, il convient d’émettre des réserves sur cette déclaration (absence de témoin, aucun incident sur le lieu de travail ou pendant le temps de travail).

Une procédure d’enquête sera mise en place par la Caisse Primaire d’assurance maladie.

Pour d’avantage de précisions, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

Je suis actuellement en arrêt maladie. Vais-je percevoir un complément de salaire ?

Selon les dispositions légales en cas de suspension du contrat de travail suite à maladie et dès lors que le salarié justifie d’au moins une année d’ancienneté dans l’entreprise (calculée à partir du premier jour d’absence), l’employeur doit une garantie de rémunération à hauteur de :

–              90% de la rémunération brute durant les trente premiers jours ;

–              66,66% de la rémunération brute durant les trente jours suivants.

Le maintien de salaire s’applique après un délai de carence de 7 jours (sauf dispositions conventionnelles ou accord collectif plus favorables). Ainsi le versement des indemnités complémentaires par l’employeur ne commence qu’à partir du 8ème jour d’arrêt de travail.

Toutefois, votre convention collective peut prévoir des dispositions plus favorables (comme par exemple le maintien intégral de votre salaire).

Pour d’avantage de précisions, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

Quelle forme de sociétés dois-je choisir ?

Ce choix dépend à la fois de votre situation personnelle et du type d’entreprise que vous souhaitez créer.

Le Cabinet BADJI & DISSARD Avocats vous conseille dans votre choix, nous vous invitons à nous contacter.

Nous souhaitons divorcer à l’amiable, la procédure peut-elle se dérouler sans avocat ?

Dans le cadre de votre volonté de procéder à un divorce par consentement mutuel, nous vous indiquons que depuis l’entrée en vigueur de la loi du 18 novembre 2016 encadrant la procédure du nouveau divorce par consentement mutuel déjudiciarisé (Loi n° 2016-1547, 18 nov. 2016, portant modernisation de la justice du XXIe siècle, JO 19 nov.), l’article 229-1, alinéa 1er du Code Civil précise que : « Lorsque les époux s’entendent sur la rupture du mariage et ses effets, ils constatent, assistés chacun par un avocat, leur accord dans une convention de divorce prenant la forme d’un acte sous signature privée contresigné par leurs avocats et établi dans les conditions prévues à l’article 1374 […] ».

Ainsi, chacun des époux doit être assisté d’un avocat dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel.

Pour d’avantage de précisions et un calcul affiné, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

Nous ne sommes par mariés : comment organiser la garde de nos enfants en cas de séparation ?

Le juge aux affaires familiales est compétent en cas de séparation des couples non mariés pour fixer les mesures relatives à l’éducation, à la garde et à la participation à l’entretien des enfants.

Le Juge est compétent pour fixer à l’amiable ou au contentieux l’ensemble des points relatifs aux enfants.

Pour d’avantage de précisions, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

J’accepte de divorcer mais je ne suis pas d’accord avec les modalités souhaitées par mon épouse/époux ?

Si vous acceptez le principe du divorce mais que vous n’êtes pas d’accord sur les conséquences du divorce (prestation compensatoire, garde du domicile conjugale, liquidation des biens, enfants….),  le divorce peut être demandé par l’un ou l’autre des époux lorsqu’il accepte le principe de la rupture du mariage sans considération des faits ayant conduit au divorce.

Dans cette procédure, chaque partie doit être assisté d’un avocat.

Pour d’avantage de précisions, nous vous invitons à vous rapprocher du Cabinet BADJI & DISSARD Avocats.

Contactez-nous !

Vous souhaitez nous rencontrer pour nous soumettre votre problématique ?

Toutes les consultations sont sur RDV du lundi au vendredi

8h30 – 12h30 / 14h – 18h30